imprimer

Nos étudiants ont du talent : Matthieu Vilatte

Retour à l'accueil - Toutes les actualités

 

En deuxième année, les étudiants de l’ENSTA Paris sont amenés à effectuer un projet de recherche à l’étranger (PRe). Les mieux notés par leurs encadrants défendent ensuite leur PRe devant des représentants de l’École, trois étant récompensés au final. Rencontre avec un des lauréats de la promotion 2020, Matthieu Vilatte.

En quoi consistait votre projet de recherche ?

J’ai fait un stage portant sur l’étude de l’univers primordial au département de cosmologie de l’Université Queen Mary de Londres. Il s’inscrivait dans le cadre du projet international HERA qui étudie, grâce à un radiotélescope situé dans le désert de Karoo en Afrique du Sud, la formation des galaxies primordiales.

Comment en vient-on à faire un projet de recherche en cosmologie lorsqu’on est élève-ingénieur de l’ENSTA Paris ?

J’ai toujours été attiré par l’astrophysique et la cosmologie et j’ai choisi d’intégrer l’ENSTA en particulier parce qu’à la fin de la première année on peut choisir des enseignements thématiques qui vont bien au-delà du tronc commun classique d’une école d’ingénieurs. J’ai donc suivi un enseignement d’approfondissement  en astrophysique, que j’ai souhaité compléter par un apprentissage par la recherche grâce au PRe.

Quels sont d’après vous les bénéfices de cet enseignement par la recherche qu’offre le PRe ?

Ce stage nous oblige à faire preuve d’une grande capacité d’adaptation : arriver dans une grande coopération internationale avec une quarantaine de chercheurs chevronnés seulement 4 ans après le bac n’a rien d’évident, la courbe d’apprentissage est un peu raide. Ça ne s’apprend pas en cours. Mais c’est aussi une formidable opportunité de mobiliser pour la réussite du projet toutes les connaissances et compétences acquises à l’École.

Quels sont vos projets pour la suite ?

Cette année j’ai été accepté au parcours d’approfondissement de physique de l’École polytechnique afin d’y faire de la physique théorique et de l’astrophysique. J’aimerais vraiment faire une carrière académique dans ce domaine.